Le lecteur le reconnaîtra

Cette très antique momie du monde des médias porte sur son visage le fard des avantages cumulés, accumulés ; son corps est agité des tics et décoré des artifices de celui qui, ne pouvant se résoudre à mourir, ne passe rien aux faibles et devance le moindre désir des puissants. Sa seule production digne d’être répertoriée est de l’ordre de la pathologie morale : il réunit dans le même mode fini humain (la même personne) deux dispositions en principe incompatibles : l’arrogance et la servilité.

Une réflexion sur “Le lecteur le reconnaîtra”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *