Un professeur parmi tant d’autres (En lisant Pierre Hadot)

Caché au pied de l’escalier d’un amphithéâtre, j’ai entendu un jour, de mes oreilles entendu, un soi-disant philosophe comparer les sophistes de l’Antiquité à ce que seraient aujourd’hui nos énarques. Caressé dans le sens de son poil rare et gluant d’ambitions, l’auditoire fut ravi de sa soudaine (et inusitée) compréhension. Le pseudo-philosophe a gagné ce jour-là ses galons de clown au prix d’une imposture que je me fais un devoir de rapporter.

Ce contenu a été publié dans Billets, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *