Trop vite dit, mes amis !

Les clabaudeurs du quotidien, journalistes et essayistes, n’en démordent pas : par-delà la réussite ou l’échec, le dirigeant suprême jouirait d’une vive intelligence. Ces bonnes gens, emportées par la mesure de leur propre insuffisance, semblent ignorer qu’un cerveau, en soi, est peu de chose. S’il n’est outillé (cela s’appelle la culture), alimenté et entraîné (cela s’appelle l’étude), alors il n’est qu’une machine à produire des jacasseries (cela s’appelle la politique).

 

 

Ce contenu a été publié dans Billets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *