Archives de l’auteur : Bernard Fandre

Le temps des glycines

Pour la belle dame qui tire le sang d’une veine, cette rêverie qui a au moins deux printemps. N’y manque que les bruyères des crêtes vosgiennes – mais il s’agit d’autres saisons… Au rebours de la plupart de nos vies, … Continuer la lecture

Publié dans Billets | Laisser un commentaire

Fin de l’amour : paroles de femme sous le signe de la cruauté (désinvolte et veule)

« On a fait l’amour toute la nuit (la dernière) – et j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps ! » Ingénuité feinte ou sincère de celle qui tourne la page : c’est tout de même le triste secret … Continuer la lecture

Publié dans Billets | Laisser un commentaire

De la passion radicale ou quand l’herbe ne repousse plus.

La jalousie portée à son point d’incandescence extrême rend toute vie plus complètement impossible qu’un bactéricide ou un défoliant.  

Publié dans Billets | Laisser un commentaire

Triple A

Il y a un certain temps que les menteurs de la finance ne nous ont pas gratifié de leurs notations mensongères, lesquelles sont autant de façons de tromper l’épargnant pour lui vendre des titres de créance sans valeur… Afin de … Continuer la lecture

Publié dans Billets | Laisser un commentaire

La porte à côté

Ici, à Marghita (Transylvanie), les classes sociales, les crans sévères de la misère innombrable et de l’aisance parcimonieuse, se voient ou se lisent comme le nez au milieu de la figure, comme la figure muette peinte sur un tableau, comme … Continuer la lecture

Publié dans Billets | Laisser un commentaire

Mon père encore ! Liberté, que de crimes etc.

Un sévère réarmement moral aux relents cocasses de prétention intellectuelle est en cours. Conduit par le Souverain – une chimère composée d’un Peter Pan très ambigu cachant mal un Père Fouettard aux bras de fillette, lequel est flanqué d’une ministricule, … Continuer la lecture

Publié dans Billets | Laisser un commentaire

Mon vieux. Évocation hiémale

Bien possible que la vocation soit le résultat aléatoire d’un enchaînement sans finalité, quelque chose comme l’addition d’un tempérament et de circonstances, par définition parfaitement contingentes. Maintenant qu’il repose depuis plus de vingt ans sous l’épaisse couche de neige du … Continuer la lecture

Publié dans Billets | Un commentaire

Trottinette

Le seul résultat et mérite philosophiques que je reconnaisse au plus gros vendeur parmi les penseurs dits progressistes (dont les propos et œuvres sont émaillés de grosses approximations voire d’erreurs manifestes) est d’avoir établi définitivement qu’un adulte surpris au guidon … Continuer la lecture

Publié dans Billets | Laisser un commentaire

Ehpad

Où sont-elles le matin ? Sans doute doivent-elles s’extirper de songes trop lourds ou se remettre des nuits sans sommeil. L’après-midi, elles sont dans des camisoles qui sont aussi leur fauteuil, affaissées sur elles-mêmes comme des poupées de chiffon.

Publié dans Billets | Un commentaire

Poulets en cage et humanité future

Qu’importe qu’ils courent en plein air ou en salle sur des tapis mécaniques si c’est, dans les deux cas, avec de la musique en boîte dans les oreilles. Parler, écouter, penser sont si peu de chose… .

Publié dans Billets | Laisser un commentaire

Passions tristes

Le comédien frotté de culture générale pour élèves de classes préparatoires, l’ambitieux pressé qui s’imagine gouverner le pays, déplore sans relâche les passions tristes de ses concitoyens. À coup sûr, il a trouvé la notion dans un abrégé de philosophie … Continuer la lecture

Publié dans Billets | Laisser un commentaire

Professeur

Le bottier fait des bottes, le chapelier des chapeaux. Que fait donc l’universitaire ? Avec tristesse je dois admettre que je doute qu’il enseigne quoi que ce soit qui ait valeur universelle, ni non plus, encore moins, qu’il contribue en quoi … Continuer la lecture

Publié dans Billets | Un commentaire