Bouquet de première urgence

Les lignes qui suivent – c’est assez évident – ne sont pas de moi. M’appartiennent, en revanche, leur rassemblement, leur mise en ordre et la signification qui pourrait, ainsi, s’en dégager. Une sorte de programme bizarroïde, si l’on peut dire. Car si elles (ces lignes) constituent, pour moi, des références, elles traduisent, aussi, des préférences, du point de vue du sens comme du style de leurs auteurs. Robert Reininger (1869-1955), philosophe autrichien et éminent contributeur de la philosophie des valeurs ou axiologie, ne disait-il pas que nos références sont aussi nos préférences (ein Wertbild ist immer zugleich ein Weltbild : littéralement, notre image du monde est aussi, en même temps et toujours, un tableau de nos valeurs…) C’est ainsi que le choix des notions, leur classement par ordre ( ?) d’importance, le recours à tel ou tel auteur, dessinent une carte du monde (une cosmographie) des idées qui se veut, à la fois, ironique, critique et indicative de ce que devrait être un monde remis sur ses pieds, faisant la part plus belle à des aspirations, irréfragables (à quoi on ne saurait répondre) dans leur simplicité, comme le bonheur, la fraternité, l’amour, le souci des autres, celui du savoir et de sa transmission, la solidarité des vivants. D’où l’urgence. On a donc intitulé ce rassemblement composite :

Bouquet de première urgence

Ce que n’est pas la culture : Les rues de Vienne sont pavées de culture. Les rues des autres villes, d’asphalte. Karl Kraus

Ce que peut être l’érudition : Grain de poussière tombé d’un livre dans un crâne vide. Ambrose Bierce

La communication pour elle-même : Des moyens de communication, je veux bien, mais si les gens n’ont rien à se dire. David Henry Thoreau

Péril de la carrière  : La carrière est un cheval qui arrive sans cavalier à l’Éternité. Karl Kraus

Douteux éloge du travail : Le travail est encore ce que les gens ont inventé de mieux pour ne rien faire de leur vie. Raoul Vaneigem

Fondement de la valeur : Cuando merda tiver valor, pobre nasce sem cu. Si la merde avait du prix, les pauvres naîtraient sans cul. Proverbe portugais

Simplicité : (dans l’expression littéraire) la grande simplicité n’est atteinte que dans un moment intense, ou après des années d’efforts intelligents, ou par une combinaison des deux. Cela constitue une des conquêtes les plus ardues de l’esprit humain : un triomphe du sentiment et de la pensée sur le péché naturel du langage. T.S. Eliot

Ce contenu a été publié dans Textes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *