Un dimanche à Grassiano, cité arrogante et creuse

Ô progressistes d’opérette, on trouve d’étranges choses sous le pneu de vos montures dérisoires : inscrit au pochoir sur le sol de la piste cyclable, cet avertissement enveloppé dans une élévation aberrante de la partie à la dignité du tout : en toutes lettres : « vagins vigilants »

 

 

Ce contenu a été publié dans Billets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *