Pillards et hédonistes

J’y reviens. Ceux-là qui faisaient l’amour toute la nuit précédant leur séparation me font penser, avec infiniment moins de tendresse ou d’indulgence, aux émeutiers de la faim qui quittent les lieux du pillage en remplissant leurs poches de billets de banque, en se chargeant de victuailles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Billets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *