De Berlin à Munich

S’il suffit du pauvre trépas d’un basketteur pour que le miracle noir et la peste blonde de l’Amérique tombent d’accord, c’est qu’Hitler et moi avons trop bien compris, chacun sur le versant opposé, à quoi peut servir le sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *