Bonnes mœurs et censure

Il est de notoriété pudique qu’au jeu de l’amour, dans les classes bourgeoises et petites-bourgeoises, l’homme aime à appeler sa compagne sa petite putain ; la femme, et pas seulement la française, ne dédaigne pas forcément l’hommage canaille. Au train où vont les choses, suggérer que de telles pratiques ont cours vaudra bientôt à son auteur une comparution immédiate devant une quelconque cours d’assises correctionnalisée. Vivement le box ! Au moins les choses seront-elles claires, les temps n’auront plus seulement leur sale gueule torve.

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Billets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *