Assise d’une psychologie

Les ressorts psychologiques de la littérature d’aujourd’hui sont au mieux de robustes ressorts de fauteuil, tout juste bons à absorber l’ennui d’une soirée (dans l’hypothèse d’un fessier pas trop regardant). Cela vaut pareillement pour le cinéma.

Ce contenu a été publié dans Billets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *