La seule dette qui vaille. Vous restez nous devoir… le prix de notre liberté.

La seule vraie souffrance qu’il aura ressentie pendant ces temps de malheurs,  c’est d’avoir été un jouet entre leurs mains, un papillon épinglé sur son bouchon, un sujet contraint à la soumission (par voie de police) par l’autoritarisme erratique de politiciens arrogants, incompétents et paresseux qui, pour l’heure, cachent comme ils peuvent leur soif sans limite de plaisirs, d’honneurs – et leur insatiable cupidité. Toi, passant masqué du proche futur, efforce-toi de ne pas oublier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *