Ehpad

Où sont-elles le matin ? Sans doute doivent-elles s’extirper de songes trop lourds ou se remettre des nuits sans sommeil. L’après-midi, elles sont dans des camisoles qui sont aussi leur fauteuil, affaissées sur elles-mêmes comme des poupées de chiffon.

Ce contenu a été publié dans Billets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Ehpad

  1. Philippe dit :

    Elles (et ils) ont aussi un regard qui vaut d’être croisé, souvent une parole qui vaut d’être écoutée. Elles et ils ne sont pas des poupées de chiffon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *