La tyrannie est de vouloir avoir par une voie ce qu’on ne peut avoir que par une autre

Les multiples scènes de nos sociétés sont désormais encombrées d’experts qui souvent cachent mal de touchantes vocations de sauveurs de l’humanité. Un généticien, un glaciologue (la liste menace d’être interminable), voudraient nous convaincre de sauver la planète, de mieux gouverner les collectivités humaines et adressent aux individus des conseils de bonne vie. Tout cela est bien sympathique, à ceci près que nos narines perçoivent une forte odeur de contrebande. Sous nos latitudes, en tout cas, le buraliste vend du tabac, l’infirmière prodigue ses soins, et le bûcheron coupe le bois. On verrait volontiers l’expert parler de ce qu’il sait (avec la prudence qui est de mise chez les vrais savants) et s’en tenir là. Pour faire une injection, élaguer ou fumer de bons havanes, on vient de dire à qui on s’en remet.

Récemment, une figure médiatique s’est fait traiter d’imbécile, par une personne compétente, dans des conditions de rare mérite : cette personnalité (personnalité : personne qui est connue pour sa notoriété), dont les seuls mérites sont d’avoir un peu voyagé et rapporté des images jugées belles par le plus grand nombre, entend réveiller nos consciences à la manière des prophètes d’Israël. S’il n’y avait que du ridicule dans cette posture, il ne mériterait pas une ligne. Mais Pascal – encore lui – nous a mis en garde génialement contre tout détournement de mérite. On s’explique, car cela demande un court développement.

Pascal nous dit qu’aux différents mérites on doit rendre des devoirs appropriés. On doit aimer ce qui est beau ou agréable (nul besoin de s’éduquer ou de se forcer pour cela), craindre ce qui, ou qui, est plus fort que soi, croire (non pas aveuglément) ce qui provient du savoir, de la connaissance, de la culture. En revanche est parfaitement tyrannique celui ou celle qui dit : « je suis beau donc on doit me craindre ; je suis fort donc on doit m’aimer ; j’ai le pouvoir, on doit donc me croire. » L’abus de pouvoir, de faiblesse, de confiance, voilà qui semble qualifier la tyrannie (morale ou politique) et résider (logiquement) dans un tout petit donc indu. Tel est le détournement de mérite, lequel fonde la tyrannie.

Décidément, notre époque, qui n’a pas grand-chose en magasin du point de vue intellectuel ou moral, a tout intérêt à courir se fournir dans le grenier surabondant des siècles écoulés. Le fragment des Pensées de Pascal qui nous procure notre titre et l’argumentaire ci-dessus nous accompagne, depuis sa découverte, un peu comme une lampe frontale, dans les boyaux plutôt obscurs de la vie personnelle ou sociale. Nous le devons à Jacques Bouveresse (né en 1940, titulaire de la chaire de philosophie du langage et de la connaissance au Collège de France) qui, dans un obituaire (une rubrique nécrologique) consacré à son ami Pierre Bourdieu (1930-2002), révèle que le sociologue fut jusqu’au bout hanté par les conséquences éthiques, pour les chercheurs, des remarques de Pascal.

Pierre-Gilles de Gennes (1932-2007), quand on lui attribua, en 1991, le prix Nobel de physique pour ses travaux sur les cristaux liquides et les polymères, se vit assailli de questions pertinentes par une meute de journalistes armés de leur talent habituel. Peu enclins à assimiler les subtilités du travail sur la matière molle (le domaine de prédilection du chercheur), ces chantres de l’information dérivèrent vite vers les goûts culinaires de l’impétrant ou ses choix économiques et sociaux. Il leur asséna alors un échantillon de son robuste bon sens ainsi que de son honnêteté intellectuelle : il leur dit, en substance, que ses choix en matière politique ou sociale ne présentaient pas un degré de fiabilité ou d’intérêt supérieur à ceux du plombier ou du boulanger du coin mais que sur deux ou trois questions de physique son point de vue avait quelque chance d’être documenté. Tous ses collègues, y compris et surtout Prix Nobel, ne montrent certes pas la même franche rigueur…
Il faut dire que de Gennes, dont l’éducation et la trajectoire furent tout sauf conventionnelles, ne pouvait souffrir la dictature, à commencer par la dictature intellectuelle. Directeur, pendant des années, d’une école d’ingénieur particulièrement novatrice et féconde en recherche, il ne cachait pas son refus de se soumettre au fonctionnement habituel des universités. Il déclara notamment ne pas accepter la dictature des conseils de chers collègues. Il faut entendre ici conseils dans le sens d’instances de direction ( ?) des universités, où des syndicats peu représentatifs légifèrent dans des matières qui ne devraient pas être de leur ressort : évaluation et choix scientifiques ( ?), carrières subséquentes, contenus de l’enseignement, tous domaines où ce sont l’élitisme et le libre débat (la dispute, dans son sens médiéval) qui devraient gouverner aux lieu et place d’une démocratie d’opérette. Les tyrannies de l’opinion et du corporatisme ne sont pas bénignes.

Quand un savant parle du devenir de l’humanité, il devrait se dire philanthrope (ami des hommes), demandant que ses arguments soient jugés à cette aune, et non pas jouer, plus ou moins implicitement, du prestige de son cursus et de la qualité de ses diplômes ou travaux. S’il parle science, il ne viendra à l’idée de personne (sauf à l’incurable ignorance) de lui demander ses papiers.

Ces derniers temps, le monde des médias connaît une évolution, évidemment d’origine marchande, qui consiste à peupler les radios (dernier refuge d’un peu de pensée et de temps pour la dire) de présentateurs-vedettes de la télévision pour qui le jeu facile, la confession en direct, le fait divers du jour (oublié le lendemain, ils appellent ça l’actu) constituent le fond et la forme de la déontologie. On demande aux auditeurs, de pauvres bougres (pas tous), de nous donner le fond de leur pensée sur la question de la Palestine, du préservatif, du renvoi des immigrés clandestins ou de la vaccination contre la grippe ; au creux de la nuit , on sollicite, moyennant de soi-disant conseils et analyses, le récit de leurs affres conjugales, sexuelles, et pourquoi pas leurs impressions d’un cancer en phase terminale. Tout cela au nom de la proximité (« C’est votre radio ! »), et on embrasse l’auditeur qu’on quitte sur les ondes !

Qu’il s’agisse de la science syndiquée ou syndicale (une parfaite contradiction dans les termes et une aporie, une impasse), de la science entichée de publicité ou du journalisme de l’émotion, leurs tenants et profiteurs ne visent, nolens volens, qu’à obtenir par une voie ce qu’on ne peut obtenir que par une autre voie. Ce sont nos nouveaux tyrans. Merci Pascal !


Ce contenu a été publié dans Textes, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *