Ordres de grandeur

J’ai, à n’en pas douter, vidé plus de bouteilles qu’il aura jamais poli de lentilles optiques (c’est dire son application et mon intempérance) ; le vingt et un février 1677, jour de son pauvre trépas, dans une armoire à cinq rayonnages, il possédait cent soixante ouvrages, j’en détiens à la louche cent fois plus ; à quarante quatre ans, incapable soudain de conserver son rapport de mouvement et de repos (et, de ce point de vue, ayant perdu la capacité d’affecter et d’être affecté), son corps connut la destruction. (De vingt trois ans plus âgé, on peut craindre que le mien de corps ne se survive, quoique rétréci par le peu de corps susceptibles de l’affecter de joie). On verra par ces obscures comparaisons que, dans un siècle infect, un homme qui a sans cesse lutté pour ne pas démériter n’est pas autre chose qu’une ombre dans l’ombre de Spinoza.

Ce contenu a été publié dans Billets, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *