L’œil et le nez

Le petit gros veule qui l’a précédé avait au moins aperçu quelques pauvres en chair et en os, assez pour constater que, faute de soins, il leur manque souvent des dents. Le premier de cordée aujourd’hui aux commandes (avec, soit dit en passant, le gracieux patronage des meilleurs fabricants de matériel d’escalade), lui, n’a vu de pauvres que dans ses polycopiés des écoles qu’on dit grandes. On gage que ses narines n’en ont pas été offusquées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Billets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *